Société Algérienne de Médecine : ouverture à Alger du 26e Congrès national

Société Algérienne de Médecine : ouverture à Alger du 26e Congrès national

Le 26e Congrès national de la Société Algérienne de Médecine Interne (SAMI) s’est ouvert officiellement jeudi en début de soirée à Alger. Des experts nationaux et internationaux aborderont, trois jours durant, divers thèmes concernant les maladies prévalant en Algérie, telles que le diabète, l’hypertension artérielle et les maladies métaboliques, ainsi que les maladies rares comme l’auto-inflammatoire et les maladies systémiques. La cérémonie d’ouverture du Congrès, qui se tient au Centre International des Conférences Abdelatif-Rahal (CIC), a été présidée par le Professeur Amar Tebaibia, président de la Société Algérienne de Médecine Interne. « Comme vous le savez, l’année 2020 a été une parenthèse douloureuse provoquée par la pandémie de coronavirus à l’origine de multiples reports de notre Congrès, mais aussi, malheureusement de la disparition de beaucoup de nos confrères victimes de la Covid-19, et auxquels ce congrès se doit de leur rendre l’hommage solennel qu’ils méritent », a indiqué le Pr. Tebaibia dans une allocution prononcée pour l’occasion. 

Il a cité, notamment, le Professeur Moussa Arrada, ancien médecin-chef de service de médecine interne au CHU Mustapha-Pacha, et ancien doyen de la faculté de médecine d’Alger, décédé en mai dernier de la Covid-19, rappelant que le défunt « a été un des fondateurs de la SAMI, et parmi les plus illustres animateurs de ses congrès depuis sa création ». Le président de la SAMI a rendu, en nom de l’ensemble des congressistes, dont le nombre approche les 500 médecins, un vibrant hommage au Professeur Arrada, tout en exprimant leur compassion et leur solidarité à son épouse, ses enfants et à la famille des internistes. Soulignant, par ailleurs, que la tenue de ce 26e Congrès en présentiel dans ce contexte pandémique est « un défi que la SAMI tient à relever », l’orateur a indiqué que « sa réussite tient à notre capacité de faire preuve de résilience face aux contraintes sanitaires drastiques, mais aussi à notre volonté d’union, de cohésion et de partage scientifique ». Concernant le programme de la rencontre, le Pr. Tebaibia a indiqué qu’ « il couvre pratiquement l’ensemble des pathologies de la médecine interne », précisant que « plusieurs thèmes (maladies prévalentes, maladies rares, innovations thérapeutiques) seront ainsi développés à travers des conférences, des communications orales, des ateliers, des symposiums et des communications affichées ». Il a fait savoir aussi qu’à côté de ces thèmes, « le Congrès aura aussi à traiter l’expérience de la prise en charge de la Covid-19 dont les services de médecine interne dans tout le pays ont été à l’avant-garde du combat contre cette pandémie ».

R.N.