Soltana khaya témoigne sur CNN : « J’ai été violée avant d’être assignée à résidence! »

Soltana khaya témoigne sur CNN : « J’ai été violée avant d’être assignée à résidence! »

Grande icône du combat homérique du peuple sahraoui pour son indépendance et contre le pillage des ressources naturelles de son pays, le Sahara Occidental, Soltana Khaya a rendu public un témoignage poignant, repris par CNN, un média lourd américain ayant pignon sur rue.

En voici-le témoignage tel que relaté par la militante :

« Au début du mois, l’administration Biden a réaffirmé sa reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, une zone au large des côtes du nord-ouest de l’Afrique que les Nations Unies décrivent comme un territoire non autonome.

Ils occupent ma maison et mon peuple, les Sahraouis sont attaqués, et la position américaine sur le Sahara occidental légitime cette occupation et sert de justification à d’autres attaques, j’en suis conscient et je le sais bien parce que je l’ai vécu. En tant que défenseur du droit du peuple du Sahara occidental à l’autodétermination, j’ai toujours été la cible du gouvernement marocain d’occupation. J’ai été battu, torturé et kidnappé par la police politique marocaine alors que je participais à des manifestations pacifiques, et mon droit œil a été arraché par la police marocaine en 2007, témoigne la militante.

Parce que je refuse de me taire, a-t-elle ajouté, le Maroc a intensifié ses efforts de répression contre moi l’année dernière. Le 19 novembre, alors que je me rendais au domicile de ma famille à Bajdour, j’ai été arrêtée dans une embuscade par la police et l’armée marocaines.

Ils m’ont fait monter de force dans une voiture de police puis m’ont emmené dans un de ses commissariats non loin de là. Là-bas, j’ai été interrogée et agressée sexuellement, et ils m’ont dit de rentrer chez moi sans m’arrêter pour parler à qui que ce soit.

En arrivant à la maison, je l’ai trouvé entouré de 21 véhicules de police, sans parler de nombreux policiers qui me poussaient violemment dans la maison, et depuis je suis confinée chez moi sous la contrainte.

Le fait de mon assignation à résidence, qui est entrée dans son neuvième mois, n’a aucune base légale – ils ne m’ont montré aucune décision de justice indiquant un ordre de me placer en détention, et je n’ai été informé d’aucune accusation pénale contre moi. – Le gouvernement marocain a informé Amnesty International que je ne suis pas assigné à résidence et a menti à la déclaration du rapporteur spécial.

Le Comité des Nations unies sur la situation des défenseurs des droits de l’homme a donné des détails sur les attaques dont ils ont été victimes, affirmant que cela contredit les discussions qui ont lieu dans le cadre la 47e session du Conseil des droits de l’homme à Genève et est totalement incompatible avec le dialogue et le respect mutuel que le Maroc attend des Nations Unies.

Pendant ce temps, il semble que les forces d’occupation marocaines soient déterminées non seulement à m’arrêter arbitrairement, mais à me harceler, me torturer et peut-être même me tuer.

La police et l’armée marocaine et d’autres forces de police maintiennent leur présence devant la maison de ma famille et empêchent quiconque d’y entrer ou d’en sortir, même s’il s’agit d’apporter de la nourriture, elles ont coupé l’électricité à la mi-avril, et des policiers jettent des produits toxiques et des liquides nauséabonds au quotidien, ce qui rend la respiration difficile et franchement ils veulent me tuer.

Ces forces ont également attaqué la maison à plusieurs reprises et m’ont brutalement agressé, ma mère et ma sœur en mai. Au cours de l’assaut, des membres de cette force m’ont violée ainsi que ma sœur à l’aide d’un manche à balai que nous utilisions pour hisser le drapeau de la RASD sur le toit de notre maison chaque jour – comme une forme de résistance qui pourrait me coûter la vie à la fin.

Malheureusement, mon histoire est l’une des nombreuses histoires d’oppression marocaine contre le peuple sahraoui, en particulier les défenseurs des droits humains sahraouis, qui ont été bien documentées.

Les Sahraouis luttent sous l’occupation depuis 1975 et cette oppression se poursuivra jusqu’à la fin de l’occupation. Alors que le Conseil de sécurité de l’ONU soutient l’octroi au peuple du Sahara occidental du droit de décider de son avenir par le biais d’un référendum, le Maroc refuse que ce référendum ait lieu et insiste pour nous refuser ce droit. Je vis dans la déception.

Mercredi dernier, mon représentant légal international a soumis mon cas au Groupe de travail sur la détention arbitraire, l’exhortant à faire en sorte que je sois détenu arbitrairement et l’appelant à exiger ma libération immédiate et à garantir la justice pour moi et le peuple sahraoui. , mais j’ai aussi besoin de l’aide des États-Unis.

Premièrement, l’administration Biden doit reconnaître l’occupation marocaine du Sahara Occidental telle qu’elle existe réellement et cesser de reconnaître sa souveraineté sur le Sahara Occidental, cette reconnaissance annoncée par Donald Trump dans un tweet qu’il a tweeté en décembre 2020 et contredit le contenu de décennies de politique américaine sur l’Occident. Sahara.

Lorsque Biden a pris ses fonctions, nous qui luttions pour notre droit à l’autodétermination espérions qu’il le corrigerait.

Mais le ministère des Affaires étrangères a réitéré le 1er juillet qu’il n’y avait aucun changement dans sa politique et a affirmé que les droits de l’homme sont une question centrale dans sa politique, ce qui est difficile à croire, alors qu’il soutient le Maroc dans son occupation illégale du Sahara occidental et son oppression de son peuple.

Deuxièmement, dans le cadre de son réengagement avec le Conseil des droits de l’homme, l’Amérique doit faire pression pour la tenue d’un référendum d’autodétermination.

L’Assemblée générale a réaffirmé le droit à l’autodétermination du peuple du Sahara occidental depuis 1966, lorsqu’il était appelé le Sahara espagnol, et le Conseil de sécurité a établi une mission pour organiser le référendum en 1991.

Pour leur part, les États-Unis ont également systématiquement voté en faveur des résolutions du Conseil de sécurité qui visent à organiser un référendum d’autodétermination tant que le président Biden a préconisé un retour à l’état de droit international, de sorte que les États-Unis doivent prendre l’initiative en veillant à ce que le référendum promis de longue date ait lieu.

Troisièmement, l’Amérique devrait faire de la protection des droits de l’homme au Sahara Occidental occupé et de l’autodétermination du peuple sahraoui des questions centrales dans ses relations bilatérales avec le Maroc. Par exemple, le dernier appel entre le ministre des Affaires étrangères Anthony Blinken et son homologue marocain Bourita n’incluait aucune mention du Sahara occidental ou des droits de son peuple et de l’autodétermination lorsqu’il a affirmé son engagement en faveur des droits de l’homme.

Pour qu’un changement productif se produise, le Maroc doit savoir que ses puissants alliés se prêtent attention les uns aux autres.

Je ne trouve pas les mots pour exprimer les souffrances sans fin que moi-même et mon peuple en général avons endurées sous cette violente occupation, mais nous resterons forts et notre volonté est ferme et nous poursuivrons notre résistance pacifique jusqu’au bout ».

R.I