Souhil Meddah, expert financier à la Patrie news: « Les raisons de la chute du Dinar »

Souhil Meddah, expert financier à la Patrie news: « Les raisons de la chute du Dinar »

 

La monnaie nationale poursuit sa chute et a atteint son plus bas niveau depuis au moins quinze ans. Le mardi 10 mai 2022, un euro s’échangeait contre 153 dinars selon le taux officiel et contre 215 dinars sur le marché noir.  Quels sont les facteurs qui ont conduit à cette dégringolade de la monnaie nationale ?

Joint par La Patrie news, Souhil Meddah, expert financier, affirme, de prime abord, que l’Euro  «s’échangeait à un niveau plus haut à la même période de l’année 2021, ou  il avait frôlé les 163 ou un peu plus». Ensuite, «durant les dernières semaines, la tendance haussière de l’Euro et quelques fois heurtée par des variations baissières avec courbe d’évolution moins importante et légèrement condensée sur des cours de faible écart. Alors qu’en même temps le cours Dollar-Dinar affiche une tendance haussière régulière».

Une situation qui s’explique, selon l’expert, par «la reprise des mouvements, des sorties des voyages et des départs vers les lieux saints (omra), affiche une demande constante, exclusivement sur le marché parallèle, tendant vers le haut ». Corollaire : «la demande en ressources ne va pas pouvoir s’exécuter durant les deux prochains mois, jusqu’à l’arrivée peut-être des émigrés ou peut être la réactivation de quelques autres valeurs refuges détenues chez les porteurs de fonds en devises ».

Il est aussi question, pour le marché réel, de «la reprise du pétrole qui de facto affecte une hausse des couts aux matières premières, bien que le rapport Euro-Dollar qui devait afficher une baisse du Dollar, n’ait pas suivie cette logique conjoncturelle pour chaque choc pétrolier (cycle haussier du prix du baril) ». Mais d’autre part, analyse M. Meddah, «la situation en Europe est en train de subir les effets consolidés à partir des restrictions sur les flux et les revenus des Etats qui sont en conflits ». Par ailleurs, enchaîne-t-il, «la situation inflationniste, qui face à quelques taux de rémunérations toujours très haut par rapport aux besoins des équilibres monétaires, provoque à la fois une volatilité largement baissière de l’Euro face au Dollar, mais aussi une augmentation des couts sur les autres marchés importateurs de produits Européens comme notre cas ».

Dans le même ordre d’idées, l’expert souligne que la baisse du Dinar peut également servir, entre autres, comme «instrument de régulation des revenus sur la fiscalité pétrolière ou pouvant soutenir une compétitivité nationale, il n’en demeure pas moins qu’avec la conjoncture internationale actuelle nous impose d’être vigilant tout en mettant l’intérêt social du pouvoir d’achat dans la priorité absolue et de soutenir un maintien temporaire du Dinar dans un niveau acceptable et soutenable par tous ».

Mohamed Ait S.

Related Articles

Stay Connected

22,765FansJ'aime
3,313SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles