Stations de dessalement d’eau: les sociétés AEC et ENGCB mettent les bouchées doubles

Stations de dessalement d’eau: les sociétés AEC et ENGCB mettent les bouchées doubles

Les sociétés Algerian Energy Company (AEC) et l’Entreprise nationale de génie civile et bâtiment (ENGCB), chargées avec l’entreprise Cosider Canalisation de la réalisation de trois stations de dessalement d’eau de mer pour alimenter la capitale, s’engagent à doubler les efforts pour contribuer à la concrétisation de ce programme d’urgence initié par les pouvoirs publics.

A cet effet, le PDG d’AEC, filiale du groupe Sontarch, Abdennour Kimouche, a indiqué, dans un entretien attribué à la revue («Sonatrach News»), que «le lancement des travaux de ces trois des projets est effectif», assurant que «tous les efforts ont été déployés et les compétences mobilisées après la signature des accords entre les entreprises publiques AEC, GCB et Cosider Canalisation, pour la réalisation de ces stations de dessalement».

Etant choisie pour piloter le programme d’urgence «Eau 2021», AEC «a consacré tout son savoir-faire en matière de management et de gestion contractuelle pour la réalisation de ce programme», a souligné M. Kimouche.

Cela s’est traduit, a-t-il ajouté, par plusieurs actions réalisés par son entreprise, à savoir la préparation et transmission des contrats de projet aux entreprises Cosider Canalisation et ENGCB à l’effet de procéder à leurs signatures, la préparation des dossiers demandés par la banque pour le financement des projets, ainsi que l’entame des discussions avec les organismes nationaux de Contrôle technique et hydraulique (CTH) pour le contrôle et le suivi de l’exécution de la construction.

Dans le cadre de ces projets, les contrats avec des laboratoires et bureaux d’études ont également été conclus et la désignation d’un acheteur d’eau potable a été effectuée, a expliqué le responsable, précisant aussi que des réunions de coordination entre AEC, Cosider Canalisation et l’ENGCB ont été tenues, respectivement le 24 et 25 août 2021.

Notant que «les travaux progressent conformément au planning prévisionnel du projet arrêté», M. Kimouche a indiqué que «toutes les études d’avant-projets ont été lancées pour permettre aux constructeurs de dimensionner les usines, en l’occurrence les études topographiques, géotechniques, maritimes».

Par conséquent, les travaux de nivellement ont été lancés au site d’El Marsa, a-t-il affirmé, quant aux sites de Bateau cassé et Corso, il a été procédé à l’élimination des déblais et des gravats générés par les installations antérieures, explique M. Kimouche qui rappelle que les blocs administratifs ont été déposés au niveau des trois sites.

Pour sa part, le PDG de l’ENGCB, Abdelghani Bendjebba, a affirmé à la même revue que pour réaliser la station de Corso conformément aux normes et standards requis, son entreprise a mis en place «les moyens humains et matériels nécessaires, en capitalisant son savoir-faire pour en faire un instrument efficace au service de la valorisation de l’outil national».

L’ENGCB compte réaliser cette station en s’appuyant d’abord sur son capital savoir-faire acquis dans le cadre de ses activités au sein du groupe Sonatrach et sur une étroite collaboration avec l’université UTSHB de Bab Ezzouar et ses différents laboratoires, ce qui permettra l’intégration de la recherche scientifique dans le développement de la société, a-t-il souligné, précisant que «les ingénieurs et experts du département Traitement des eaux de la direction Engineering & Procurement, sont totalement mobilisés pour la réalisation de cette station conforment au cahier des charges».

Rappelant que depuis plus de trois ans, l’ENGCB a intégré dans ses activités le domaine du traitement des eaux, en assurant l’étude, la fourniture et la réalisation d’une station d’épuration des eaux usées dans la base de vie Sonatrach / Irara de Hassi Messaoud, M. Bendjebba a souligné que son entreprise s’est totalement investie dans le domaine du traitement de l’eau de mer en partenariat avec AEC.

Pour le développement de ce créneau, elle a, à cet effet, créé un département spécialisé dans le domaine du traitement des eaux au sein de la direction Engineering & Procurement, notamment après l’expérience réussie de la réalisation de la station d’épuration de Hassi Messaoud qui a permis à l’ENGCB «d’attirer des ingénieurs et des experts algériens très qualifiés possédant une expérience dans le domaine hydraulique», conclu M. Bendjebba.

Pour rappel, le programme d’urgence d’alimentation de la capitale en eau potable s’articule autour de la réalisation de la stations de dessalement de Bateau cassé (unité de 10.000 m3 /j), dont la livraison est prévue dans un délai de 4 à 5 mois, de la station d’El Mersa (unité de 60.000 m3 /j) avec une prévision de livraison d’un délai de 9 mois et enfin de la station de Corso (80.000 m3 /j) dont la livraison se fera dans un délai de 12 mois.

La cérémonie de signature de lettres d’engagement pour le lancement de ces projets, qui serviront à alimenter la région Est d’Alger, s’est déroulée le 29 juillet dernier.

In APS