Suite aux manœuvres «sournoises» durant l’AG de la CAF : le CNASPS « profondément déçu » aussi du comportement de Zetchi

Suite aux manœuvres «sournoises» durant l’AG de la CAF : le CNASPS « profondément déçu » aussi du comportement de Zetchi

Le Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui (CNASPS) a fait part ce lundi, de sa «profonde déception» les «manœuvres sournoises» déniant aux Sahraouis le droit à une représentation sportive continentale, lors de l’assemblée générale (AG) de la Confédération africaine de football (CAF), tenue vendredi dernier, à Rabat.

«Les membres du CNASPS ont noté avec une profonde déception les manœuvres sournoises lors des dernières élections à Rabat pour la constitution du Comité exécutif de la CAF (…) La manœuvre de la part des responsables marocains était grossière afin d’exclure la RASD (République arabe sahraouie démocratique) d’être reconnue comme associée et membre d’une organisation sportive continentale», a en effet, indiqué le CNASPS dans un communiqué.

Les membres de l’assemblée générale de la Confédération africaine de football ont voté vendredi à Rabat, à l’occasion de la 43e session ordinaire et élective de l’instance, une modification statutaire concernant les conditions d’admission à la CAF.

«Dénier aux Sahraouis le droit à une représentation sportive continentale, c’est les priver injustement du droit d’exister en tant que peuple et en tant qu’Etat, dans la communauté sportive africaine. C’est aussi fermer la porte cruellement au nez de la jeunesse sahraouie, déjà frustrée, d’un légitime épanouissement», a ajouté la même source, soulignant à cette occasion le rôle du président Abdelmadjid Tebboune, qui a mobilisé «de façon magistrale ses pairs africains autour de la question du Sahara Occidental et les responsabilisait quant à la recherche agissante et concrète d’une solution au conflit (…)».

Le texte a pointé la responsabilité du président de la Fédération algérienne de football (FAF), Kheïreddine Zetchi, présent à Rabat pour le congrès de la CAF et qui, pour le CNASPS, a voté en faveur de cette modification statutaire.

Le communiqué rappelle que «déjà en janvier 2020, les fonctionnaires marocains avaient monté une opération de communication en organisant à Laâyoune occupée (la Coupe d’Afrique) de futsal avec la complicité avérée de l’ignoble Ahmad Ahmad, ex-président de la CAF, qui vient d’être renvoyé pour délinquance documentée. Nos responsables élus des instances sportives nationales concernées avaient alors brillé par leur inaction et leur absence, faisant fi déjà de l’intérêt national et des droits du peuple sahraoui».

«A ce niveau de responsabilité, tout acte sportif a forcément une dimension et un prolongement politiques. Croire le contraire, c’est faire preuve de naïveté, d’inconscience et donc d’incompétence», selon le comité présidé par Saïd Ayachi.

Dj. Am