Syrie : violations et abus dans les zones contrôlées par des groupes armés affiliés à la Turquie

Syrie : violations et abus dans les zones contrôlées par des groupes armés affiliés à la Turquie

La situation des droits de l’homme est sombre dans certaines parties du nord, du nord-ouest et du nord-est de la Syrie, sous le contrôle des forces turques et des groupes armés affiliés à la Turquie (terroristes liés à Daesh), la violence et la criminalité y étant répandues, a affirmé vendredi la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, dans un communiqué publié sur le site web de l’Institution onusienne.

« Tandis que les violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire contre les civils se poursuivent dans toute la Syrie, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a constaté ces derniers mois la répétition d’un schéma alarmant de graves violations dans ces régions », a-t-on observé.

Parmi les victimes, l’Institution a cité des personnes supposées être alliées aux partis d’opposition ou critiques à l’égard des actions des groupes armés affiliés à la Turquie, d’autres considérées comme suffisamment prospères pour payer des rançons, selon le communiqué.

Par ailleurs, l’intensification des conflits internes entre les différents groupes armés affiliés à la Turquie au sujet du partage du pouvoir, conduisant à peu d’égards pour la sécurité de la population locale, continue de faire des victimes civiles et d’endommager les infrastructures civiles, a-t-on ajouté.

Du 1er janvier au 14 septembre 2020, l’institution a affirmé avoir confirmé « la mort d’au moins 116 civils due à des engins explosifs improvisés utilisés par des auteurs non identifiés et à des restes explosifs de guerre», ainsi que la confiscation et le pillage de maisons, de terres et d’autres biens privés et commerciaux « sans nécessité militaire apparente, et ont occupé nombre d’entre elles avec leurs propres familles » en plus de l’enlèvement et de la disparition de civils.

A cet égard, Mme Bachelet, citée dans le communiqué, a appelé « les autorités turques à respecter le droit international et à s’assurer que les violations commises par les groupes armés sous le contrôle effectif de la Turquie cessent ».

Ab. M. 

LIRE AUSSI:

http://lapatrienews.dz/incident-entre-des-vehicules-militaires-americains-et-russes-en-syrie/