Talaie El-Houriyet : rien ne va plus entre le président par intérim, le bureau politique et le comité central

Talaie El-Houriyet : rien ne va plus entre le président par intérim, le bureau politique et le comité central

 

Dans un communiqué rendu public, le Parti Talaie El-Houriyet a annoncé, qu’il a saisi aujourd’hui, le Ministre de l’Intérieur, des Collectivités Locales et de l’Aménagement du Territoire, à l’effet de dénoncer et de s’opposer énergiquement à l’organisation d’un congrès illégitime que tente de tenir le président par intérim les 19 et 20 mars prochains, en réaction à l’initiative lancée le 28 février 2021, par la quasi-totalité des membres du Bureau Politique tendant à appeler en urgence à une session extraordinaire du comité central convoquée par les 2/3 de sa composante, en conformité avec l’article 54 des statuts du Parti devant se tenir le mercredi 17 mars 2021.

« Face à cette démarche, légale et légitime, le président par intérim a opté pour la fuite en avant en engageant un coup de force par l’organisation d’un congrès falsifié auquel sont conviés des dizaines, voire des centaines d’individus n’ayant aucun lien avec le parti violant ainsi frontalement la Loi Organique relative aux partis politiques et excluant par ailleurs la quasi-majorité des membres du comité central et des délégués initialement inscrits sur les listes des congressistes » a tenu à préciser la même source.

Pour rappel, le 28 décembre 2019, le comité central, instance suprême du parti entre deux congrès, réuni en session extraordinaire a décidé de la mise en place d’une instance nationale composée des membres du bureau politique ainsi que de membres du comité central, chargée de la préparation du 1 er congrès du parti. Le président par intérim a constamment refusé d’installer cette instance, malgré l’insistance et les rappels incessants de membres du bureau politique, de membres du comité central et de responsables au niveau des wilayas.

«  Abdelkader Saadi, a de fait exclu cette instance afin d’organiser, seul, son congrès en usant de pratiques datant du siècle dernier que nous pensions révolues et inconnues dans les rouages de notre parti, qui ont fini par mener à une véritable impasse.

Face à cette situation, le bureau politique a demandé à maintes reprises au président par intérim de convoquer une session du comité central, seule instance habilitée par la loi à régler cette crise, qui ne s’est pas réuni depuis sa septième session ordinaire tenue le 26 septembre 2019. Dans un souci de mettre de l’ordre dans les rangs du parti et de préparer sereinement les assises du 1 er congrès du parti, l’organisation d’une session extraordinaire du comité central à la demande des 2/3 de ses membres s’imposait.

La très large majorité de la direction du parti, Bureau politique et comité central, dénonce l’attitude et l’agissement irresponsables du président par intérim et s’oppose fermement à la tenue de ce simulacre de congrès.

Ainsi, le comité central convoqué par plus des 2/3 de sa composante, conformément aux dispositions de l’article 54 des statuts du parti se réunira le mercredi 17 mars 2021 et rendra publiques ses décisions et résolutions » rappelle enfin les initiateurs de cette action.

Yahia Maouchi