Transport maritime : la fermeture imposée par la pandémie a coûté 10 milliards de dinars à l’Algérie

Transport maritime : la fermeture imposée par la pandémie a coûté 10 milliards de dinars à l’Algérie

Le Directeur général du groupe algérien de transport maritime, Smail Larbi,  a annoncé ce mercredi, que le transport par voie maritime a connu à cause de la pandémie Covid-19 une stagnation de 50%, et la fermeture imposée par les mesures sanitaires ont coûté 10 milliards de dinars.

Intervenant à l’émission Echourouk morning, le même responsable précise que le transport maritime a coûté en 2019 à l’Algérie 4 milliards au profit des société étrangères.

Le coût est toujours élevé et se situe aujourd’hui à 3 milliards de dollars. Une situation qui n’est pas l’apanage de l’Algérie. La crise sanitaire a tout chamboulé.

Des pays réputés être leader dans le domaine ont ressenti le coup. Et pour se replacer l’Algérie se prépare à être plus offensive.

A ce sujet, M. Larbi relève la nécessité de mettre en œuvre une stratégie des plus efficientes pour permettre à la flotte maritime nationale de reprendre sa place. Pour ce faire, cette flotte verra la réception de deux nouveaux bateaux, l’un en fin de cette semaine et l’autre en fin du mois prochain, auxquels s’ajoutent, dès l’année prochaine, des bateaux dédiés au transport des céréales et des conteneurs.

Pour les céréales, M. Larbi préconise également une feuille de route à la hauteur du potentiel de l’Algérie, laquelle, précise-t-il, devra âtre menée avec l’OAIC. Dans un message adressé aux voyageurs, le premier responsable du groupe algérien du transport maritime s’est montré optimiste et annonce de meilleurs services après l’ouverture.

    Yacine Bouali