Un appel d’offres lancé par l’Algérie fait augmenter les cours du blé

Un appel d’offres lancé par l’Algérie fait augmenter les cours du blé

Ce lundi à la mi-journée, les prix des céréales étaient en forte progression à la suite de Chicago, rapporte l’AFP. Une augmentation due à plusieurs facteurs dont un appel d’offres lancé par l’Algérie.

La tonne de blé tendre était en hausse de quatre euros sur l’échéance de septembre (218,75 euros). Pareil pour les commandes de décembre, l’augmentation était de quatre euros (217,75 euros).

D’autre part, la tonne de maïs augmentait de six euros sur l’échéance d’août à 260 euros, et de 4,50 euros sur l’échéance de novembre à 214 euros, « pour environ 900 lots échangés ».

Depuis la fin de semaine dernière, les cours sont en hausse à cause d’un temps chaud et sec dans les principales zones de production des États-Unis et du Brésil.

« Il faudra que les productions de soja et de maïs soient au rendez-vous aux USA pour éviter de tendre encore plus les bilans mondiaux de soja et de maïs. Le moindre risque de déficit hydrique risque d’accentuer encore plus les craintes des opérateurs », a souligné ce lundi le cabinet Agritel cité par la même source.

Ce n’est pas tout. Pour ce qui est du blé meunier, le lancement par l’Algérie d’un nouvel appel d’offres pour livraison au mois d’août prochain a soutenu la progression des cours.

En somme, une aubaine pour la France, premier exportateur de blé tendre vers l’Algérie : « L’Union des agriculteurs estime que la récolte algérienne de céréales va baisser de 35 à 40% par rapport à l’année passée, du fait des conditions sèches », a analysé le cabinet Inter-Courtage dans une note publiée lundi.

Skander Boutaiba