Un blessé lors de tirs libyens contre des bateaux de pêche italiens

Un blessé lors de tirs libyens contre des bateaux de pêche italiens

Ce n’est pas le premier et ce ne sera pas le derniers incident du genre : Des bateaux de pêche italiens naviguant au large des côtes libyennes ont essuyé des tirs de la part de garde-côtes, qui ont blessé un capitaine italien, selon deux sources citées jeudi par des médias italiens.

Selon les informations du maire du port de pêche de Mazara del Vallo (ouest de la Sicile), Salvatore Quinci, des garde-côtes libyens auraient fait feu «à hauteur d’homme» sur le bateau qui se trouvait au large de la ville de Misrata, à 30 milles nautiques, rapporte l’agence de presse italienne Agi.

Une unité de la marine militaire italienne s’est portée au secours du capitaine blessé, a précisé l’élu. Un membre de la famille a aussi confirmé à l’agence Ansa que le capitaine avait été blessé, sans être en mesure de préciser son état.

Les familles de pêcheurs de Mazara del Vallo pêchent des crevettes roses depuis le début du siècle dernier près des côtes libyennes, à la recherche notamment de la crevette «gambero rosso», particulièrement prisée des chefs des restaurants gastronomiques et dont le prix peut atteindre 60 euros le kilo chez les poissonniers.

Cette pratique est émaillée de nombreux incidents graves. Ainsi, dix-huit pêcheurs venant de Sicile (huit Italiens, six Tunisiens, deux Indonésiens et deux Sénégalais) avaient été capturés le 1er septembre sous l’accusation de pêche dans les eaux territoriales libyennes.

Il avaient été libérés par la Libye en décembre.

Les tensions sur les droits de pêche ont augmenté à partir de 2005 quand l’ex président libyen Mouammar Kadhafi a proclamé que sa zone de pêche protégée s’étendait à 74 milles nautiques (près de 140 km) de la côte, au mépris des normes internationales.

Et la guerre civile en Libye a exacerbé davantage encore les hostilités, l’Italie recommandant désormais à ses pêcheurs d’éviter la zone contestée.

R.I