Un tribunal sioniste ouvre la voie aux prières juives sur l’esplanade des Mosquées: Une grave provocation !

A group of religious Jews visit the al-Aqsa mosque compound in Jerusalem's Old City, on October 7, 2021. (Photo by AHMAD GHARABLI / AFP)

Un tribunal sioniste ouvre la voie aux prières juives sur l’esplanade des Mosquées: Une grave provocation !

Les juifs peuvent-ils prier sur l’esplanade des Mosquées? Oui mais en «silence», a décrété cette semaine un tribunal sioniste, remettant en cause des décennies de statu quo sur ce lieu emblématique d’Al Qods, au cœur du conflit israélo-palestinien.

Cette décision a provoqué un tollé parmi les Palestiniens et les pays musulmans, pour qui il s’agit d’une «violation» du troisième lieu saint de l’islam abritant le Dôme du Rocher et la mosquée al-Aqsa.

Le 29 septembre, le rabbin Arié Lippo a été interpellé par la police israélienne car il priait silencieusement sur l’esplanade à Al Qods-Est et interdit de visite pour deux semaines.

Outré, il a interjeté appel après avoir reconnu y prier en silence quotidiennement. Mardi, la juge Bilha Yaalom de la Cour des magistrats d’Al Qods a révoqué la décision de la police.

Depuis la prise en 1967 puis l’annexion d’Al Qods-Est par l’entité sioniste –non reconnue par la communauté internationale–, un accord permet aux juifs d’accéder à certaines heures à l’esplanade, mais pas d’y prier.

La prière a lieu normalement au Mur des Lamentations, en contrebas, même si depuis des années des juifs religieux vont prier en cachette sur l’esplanade.

Ces juifs religieux provoquent, à l’occasion, des incidents en entreprenant de prier subrepticement sur l’esplanade après y être montés en simples visiteurs.

Cela crée des tensions avec les fidèles palestiniens musulmans qui craignent qu’Israël ne tente de modifier les règles d’accès au site. Nul doute que cette énième provocation risque de mettre le feu aux poudres.

R.I.