Une jeune chercheuse algérienne devient une référence en cybersécurité : Fériel Bouakkaz s’impose en France

Une jeune chercheuse algérienne devient une référence en cybersécurité : Fériel Bouakkaz s’impose en France

Fériel Bouakkaz, enseignante-chercheuse à Efrei Paris, une école d’ingénieur généraliste en informatique et technologies du numérique, est devenue la première femme en France à décrocher l’accréditation CEI (Certified EC-Council Instructor).

Selon Les Echos, cette accréditation lui permet de dispenser aux ingénieurs une formation pour devenir hacker éthique certifié (CEH).

Adepte depuis son jeune âge de jeux vidéo, Fériel Bouakkaz est fille d’un boulanger et d’une mère au foyer. « J’ai choisi cette voie sans trop me poser de questions », affirme la native d’Annaba.

Agée de 31 ans, elle a fait ses études universitaires à l’université de Béjaïa. Suite à quoi, elle a été admise à l’université de Bretagne occidentale (à Brest), puis à l’Ensea (l’École nationale française supérieure de l’électronique et de ses applications), et enfin à Efrei Paris.

https://www.youtube.com/watch?v=JyCIasX5J1c&feature=youtu.be

Son succès, elle le doit à son cercle familial qui l’a toujours encouragée. « Je retiens de cette expérience que l’entourage est essentiel et dégage une énergie dont il ne faut pas hésiter à se nourrir », dit-elle.

L’informaticienne algérienne fait partie d’un club trop « sélect », En France, les métiers de la cybersécurité ne comptent que 11 % de femmes. « Dès lors que le profil cumule la passion pour son métier et une solide expertise, il n’y a aucune raison de s’interdire tel ou tel secteur », critique-elle.

Au mois de septembre, Linda Aliane, étudiante originaire d’Algérie à l’Université de Québec à Rimouski (UQAR), a suscité une attention particulière lors de la quatorzième conférence internationale sur l’avenir des réseaux et des communications, tenue à Halifax, une ville de l’est du Canada, l’été dernier.

Ayant développé un nouveau modèle de sécurité « assurant le contrôle d’accès à tout système informatique », les travaux de l’étudiante, qui finit sa maitrise en informatique, ont reçu le prix du meilleur article

Naereddine Benkharef