Une judokate saoudienne affronte une adversaire sioniste avant de se faire battre: Tout ça pour ça ! 

Une judokate saoudienne affronte une adversaire sioniste avant de se faire battre: Tout ça pour ça ! 

La judoka saoudienne Tahani Alqahtani a affronté ce vendredi l’Israélienne Raz Hershko, lors des Jeux olympiques de Tokyo après avoir reçu l’accord formel de sa fédération, ce qui représente une reconnaissance de facto de l’entité sioniste de la part de l’Arabie Saoudite.

Le pire c’est que cette athlète a perdu son combat. Cette normalisation galopante, en train de gangréner l’Union Africaine tranche nettement avec l’attitude fière et noble de l’Algérie.

Accueilli en héros, le judoka algérien Fethi Nourine s’est dit « fier » d’avoir refusé d’affronter un adversaire sioniste aux Jeux olympiques de Tokyo, par solidarité avec la cause palestinienne.

Il a été porté sur les épaules à son retour du Japon à Alger, sous les applaudissements et les chants en hommage aux martyrs palestiniens.

« J’ai été choqué quand j’ai vu que le tirage au sort m’opposait au judoka de l’entité sioniste, que je n’attendais pas, mais je n’ai pas hésité à prendre la décision de me retirer», a expliqué M. Nourine à son arrivée aux médias algériens.

« J’ai pris la décision avec mon entraîneur (Amar Benikhlef) et j’en suis fier », a affirmé le judoka algérien, accueilli à l’aéroport par des sympathisants.

« Cette décision m’honore d’abord et honore ma famille, le peuple algérien et l’Etat algérien, car le président Abdelmadjid Tebboune a déclaré que nous ne bénissons pas la normalisation (avec l’entité sioniste) et que nous soutenons la cause palestinienne », a-t-il expliqué.

« Je suis heureux d’avoir mis en colère l’entité sioniste et d’avoir reçu des messages (de soutien) du monde arabe et islamique », a ajouté M. Nourine.

R.S.