Zone d’ombres : Huit millions de  citoyens y souffrent

Zone d’ombres : Huit millions de  citoyens y souffrent
Le développement local à travers la prise en charge des manquements, parfois criants, dont souffrent bon nombre des contrés du pays, sont inscrits dans la liste des « priorités » du Gouvernement Djerad. Ainsi, le Conseiller du président de la République  chargé des zones d’ombre, Brahim Merad, a insisté dimanche à Bouira sur l’impératif de lancer un recensement exhaustif et global des zones d’ombre à travers le pays pour pouvoir identifier et répondre aux besoins de leurs populations.
C’est au cours du deuxième jour de sa visite de travail à Bouira, que le même responsable, cité par l’APS, a jugé « indispensable d’effectuer ce recensement global et détaillé pour pouvoir identifier les besoins des citoyens et aplanir toutes les  difficultés qui rangent leur quotidien. «Il y’a plus de huit millions de  citoyens qui souffrent dans les zones montagneuses, et frontalières ainsi  que sahariennes. Donc il est temps de répondre à leurs besoins pour leur  permettre de vivre aisément», a souligné Brahim Merad.
Le conseiller présidentiel, qui visitait des projets de développement lancés dans la localité rurale et enclavée d’Ighzer Oumeziab relevant de la commune d’Ahnif (Est de Bouira), a assuré que tous les moyens financiers seraient déployés pour mettre en œuvre la stratégie du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, visant à désenclaver et à promouvoir les zones reculées du pays.
«Il faut qu’il y’ait un recensement exhaustif de toutes les zones d’ombre à travers toutes les wilayas du pays pour identifier les besoins des populations», a-t-il insisté. «Nos visites dans ces régions éloignées  est un gage pour la mise en application de cette politique engagée par le  président de la République pour mener une véritable révolution de  développement et en finir avec les problèmes de sous développement», a-t-il rappelé.
Des soutiens financiers
A Ighzer Oumeziab, où il s’est enquis de l’avancement des travaux de réalisation d’un réseau d’eau potable, ainsi que d’un réseau d’assainissement, M. Merad a tenu à rassurer les populations de cette bourgade quant à la prise en charge des carences soulevées sur place par les citoyens. «Tout ce qui n’a pas été réalisé, sera réalisé tôt ou tard.
C’est une question de temps et de moyens financiers», a-t-il expliqué à un groupe de citoyens. Dans ce contexte, le même haut responsable a annoncé que beaucoup de wilayas allaient bénéficier en 2021 de soutien financier pour développer les zones d’ombre, longtemps marginalisées, via des projets capables d’assurer à leurs populations une vie digne et un véritable démarrage économique rural. Mais, a-t-il dit. «Tout cela nécessite du temps, de la patience et de la confiance mutuelle pour réussir ce processus de développement».
«Les walis doivent effectuer un recensement exhaustif de ces zones pour connaître leurs besoins en matière d’eau potable, d’infrastructures d’éducation et de santé ainsi que d’autres projets pour les désenclaver et les promouvoir davantage», a-t-il encore insisté.
F.H