Alger : Toutes les mesures ont été prises pour la fiabilité du nouveau programme d’AEP

Alger : Toutes les mesures ont été prises pour la fiabilité du nouveau programme d’AEP

Toutes les mesures ont été prises pour assurer la fiabilité du nouveau programme d’alimentation en eau potable (AEP) dans la capitale, mis en place par la SEAAL depuis samedi dernier, a indiqué vendredi un responsable au sein de cette entreprise.

«En coordination avec la DRE (Direction des ressources en Eau) d’Alger, un plan d’actions et une feuille de route sont mis en place pour veiller à la fiabilité et le suivi du programme de distribution en premier lieu et trouver des solutions, dans les plus brefs délais, quand une perturbation est signalée», a affirmé le Directeur du patrimoine technique au niveau de la SEAAL, Amine Hamadene, dans un entretien à l’APS.

A cet effet, une cellule de crise composée de cadres Algériens travaille H24 7/7j pour suivre l’évolution de la situation, accompagnée par une cellule technique composée d’ingénieurs Algériens, a-t-il soutenu.

Cette cellule a pour mission d’analyser, suivre la mise en œuvre des actions, coordonner avec le centre d’appel de la SEAAL la remontée des informations et des réclamations, traiter les réclamations, proposer des réajustements et étudier des solutions techniques.

L’objectif étant «d’assurer un programme de distribution fiable», a-t-il souligné. Selon le représentant de la SEAAL, le programme d’urgence de distribution en vigueur depuis le 26 juin dernier a été respecté à hauteur de 90%. «Nous estimons que plus de 90% de la population a eu de l’eau dans le robinet selon les fréquences de distribution et créneaux communiqués», a-t-il indiqué.

Interrogé sur les perturbations dans l’AEP, enregistrées au niveau de certains quartiers de la capitale, où le nouveau programme n’a pu être appliqué selon la fréquence annoncé, M. Hamadene a souligné que les équipes techniques et opérationnelles de l’entreprise ont été dépêchées sur les lieux pour réaliser le diagnostic nécessaire.

«Il s’avère que dans pratiquement la majorité des cas traités, ces perturbations se situent au niveau des programmes de logements où les systèmes de bâches et suppresseurs n’ont pas été réalisés ou n’ont pas encore été mis en service par les services concernés (AADL, ENPI, OPGI, …) «, a-t-il avancé.

De ce fait, la pression de service disponible sur le réseau de la SEAAL «ne permettait d’atteindre que les cinq premiers étages des immeubles (exemple des programmes de logements ville nouvelle Sidi Abdellah. Néanmoins, et pour ne pas pénaliser les clients résidant au niveau de ces cités, «des réajustements sont faits au quotidien pour assurer une charge hydraulique qui permettra de faire monter l’eau aux étages supérieurs (plus de 5 étages)», a indiqué M. Hamadene.

«Cela prend souvent plus de temps pour atteindre tous les niveaux, c’est pourquoi au niveau de certaines communes l’eau commence à couler au robinet à 6h30 au niveau des parties basses et à 9h au niveau des étages supérieurs ou parties hautes», a-t-il argué.

A ce propos, le responsable a tenu à appeler les clients à «éviter le gaspillage et fermer le robinet dès que possible afin que les habitants des étages supérieurs puissent à leur tour être alimentés convenablement».

En outre, le diagnostic fait par les équipes de la SEAAL a montré qu’au au niveau des quartiers concernés par une fréquence de distribution en un jour sur deux, comme sur une journée, «le réseau restait vide et l’air présent se condense alors au niveau des points hauts dès réouverture des vannes». Cette situation a ainsi «créé des bouchons d’air qui limitent le débit d’eau et des fois bloquent carrément l’écoulement», a-t-il encore expliqué.

Une problématique qui a «été prise en charge par nos équipes pour étudier les solutions les plus efficaces comme par exemple l’installation de ventouses pour chasser l’air de la conduite et rétablir la distribution (exemple de la cité Ain El Malha, Hamiz, Bordj El Kiffan, …) «, a informé M. Hamadene.

Le représentant de la SEAAL a enfin tenu à «remercier les clients de l’entreprise pour leur compréhension et leur patience face à cette situation assez critique que connait l’AEP dernièrement, notamment en raison de la baisse de la pluviométrie enregistrée durant l’hiver dernier».

Dj. Am