Contribution/ Le mensonge au pluriel, des Marocains

Allaoua Bendif

Contribution/ Le mensonge au pluriel, des Marocains

Par Allaoua Bendif*

J’ai rarement vu une posture diplomatique aussi stupide! Je dis rarement car elle ressemble clairement à celle de l’entité sioniste: s’aveugler jusqu’à la déraison sur ses dépassements et sur ses crimes et les projeter sur ses victimes.

S’essayer, au microscope à balayage électronique, à rechercher la poussière qui se trouverait dans l’œil algérien et ignorer le madrier qui traverse le cerveau des animateurs du Makhzen et de ce qui est devenu la baraque royale marocaine, hélas pour le peuple marocain et pour l’avenir du Maghreb, c’est quoi, qu’est-ce donc d’autre que de l’aveuglement ?

La narco guerre qui nous est infligée depuis des décades et les dizaines de tonnes de kif traité déversées sur notre jeunesse ce serait un prétexte fallacieux!

Un document officiel de ce royaume décadent appelant à la sécession d’une partie de l’Algérie alors que ceux qui appellent à l’autonomie du Rif croupissent et meurent en prison et dans les oubliettes de la perversité royale, ce serait un prétexte fallacieux!

Appeler à la sécession en Algérie et bloquer insidieusement le référendum de l’autodétermination du peuple Sahraoui (pourtant officiellement, depuis plus de dix ans) préconisées par toutes les institutions légales internationales et ce, par la torture, par les viols, par les alliances avec le diable, c’est le summum de la responsabilité et la sagesse, peut-être ?

Payer des séditieux algériens pour essayer de détruire l’Etat national et provoquer la déconstruction de leur pays, ce serait un prétexte fallacieux!

Afficher clairement son alliance stratégique avec Israël et l’exposer comme son nouveau protecteur, pour ne pas choquer en usant d’un terme proche, à nos frontières et pire…l’inviter à menacer notre pays à partir de votre territoire et qui plus est, en présence des officiels du gouvernement marocain, ce serait un prétexte fallacieux!

Espionner 6000 personnalités algériennes grâce au logiciel israélien Pegassus, c’est sans doute un acte de grande bienveillante vis-à-vis d’un pays que vous dites frère, du plus profond de votre hypocrisie.

Quand au peuple algérien que le rédacteur de ce torchon veut séparer des dirigeants de son Etat national par une tournure digne d’un enfant pubère en pleine crise d’adolescence, il vous connait, vous dirigeants du sinistre Makhzen depuis déjà votre lâcheté des sables, que vous appelez pompeusement la guerre des sables…

Je voudrais également ajouter que le peuple algérien est conscient des lacunes de la gouvernance de son pays  et qu’il n’aura de cesse de contribuer à impulser son amélioration par les voies légales, non violentes et constructives mais chiche!!…osez arrêter vos généraux corrompus, osez les juger et les mettre en prison. Osez arrêter, juger et mettre en prison vos narco nababs, vos premiers ministres, vos ministres et vos walis-gouverneurs corrompus…chiche ya Si Bourita!

L’Algérie l’a fait! Elle continuera de le faire à son rythme, au rythme de personne et d’aucune autre instance décisionnaire que l’Etat national Algérien dont le Peuple est partie prenante.

Contrairement à ce que vous prétendez en pure forme, en vous mentant à vous-même avec un ridicule dont on se demande vraiment de quelle étiologie il procède, le peuple algérien demandait cette rupture depuis longtemps et seules la patience pédagogique, l’intelligence et la vista de l’Ecole diplomatique algérienne, formée dans le combat libérateur de la glorieuse guerre de libération nationale réglée et ordonnée par le Congrès de la Soummam, que vos clowns diplomates voudraient dissocier de la mère patrie…seules, dis-je, ces qualités de l’Ecole diplomatique Algérienne consacrée à l’international, on retardé.

Cette décision de nos responsables est l’une de celles qui répond le plus amplement à l’esprit du Hirak originel…pas celui dont vous participez à payer les zélateurs. Nos problèmes internes se règlent ici, chez nous. Jamais ailleurs et surtout pas à partir de votre Makhzen, ni à Londres, au kiosque d’El Magharibya, ni place de la République là où vous savez!

Quant aux milliers de frères marocains qui travaillent au noir dans leur deuxième pays, l’Algérie, qui logent chez l’employeur-tricheur, qui consomment les produits de large consommations et qui se soigne avec les médicaments subventionnés par l’Etat que vous cherchez à déstabiliser depuis des décades et qui alimente pour partie le change de devises au noir du Square, nous demandons à nos responsables d’exiger d’eux qu’ils se conforment aux lois de séjour et de travail en vigueur en Algérie, de payer leurs impôts et leur cotisations et de soumettre le rapatriement de leur gains à nos lois, ni plus ni moins que leurs frères algériens. Sinon la loi est claire: ils doivent rentrer chez eux.

Ce Bourita qui prétend agir avec sagesse et responsabilité a un profil diplomatique bancal.

Allaoua Bendif*

Né le 17 mars 1953 à Skikda

Fils de Chahid

Docteur en psychologie Clinique

Enseignant universitaire à la retraite.

Auteur de : « Violences Algériennes », Koukou Editions. Octobre 2019