Hacene Derrar : « Plus de 26 millions d’algériens sont connectés à Internet »

Hacene Derrar : « Plus de 26 millions d’algériens sont connectés à Internet »

En se référant au Rapport Digital 2021, le directeur général de la numérisation au Ministère de la Numérisation et des Statistiques (MNS), Hacene Derrar, a tenu à nous préciser dans une interview, que sur 44,2 millions d’algériens, plus de 26 millions l’équivalent de 59,6% de la population est connectée à Internet (+ 16% de croissance en glissement annuel). Avec plus de 46 millions de connexion à l’internet mobile ce qui représente 105,8% de la population connectée. La même source rappelle que, 25 millions de cette population, soit l’équivalent de 56 %, est active dans les réseaux sociaux :

  • Surtout jeune (âge médian 28,6 ans).
  • Concentré dans les zones urbaines (74%).
  • Se connecter principalement via les médias sociaux.

Ainsi, le  Rapport Digital 2021, a conclu l’existence d’une société numérique en Algérie. A cet effet, le numérique constitue pour l’Etat un axe stratégique qui s’est traduit par la création de nouveau département ministériel chargé de la numérisation. Pour étayer ses propos, Hacene Derrar, a tenu à nous rappeler les principales actions réalisées par le Ministère de la Numérisation et des Statistiques au cours de l’année 2021. « Ainsi, conformément à ses missions et attributions, le Ministère de la Numérisation et des Statistiques est chargé de valider et suivre, de concert avec l’ensemble des secteurs, les plans de développement sectoriels en matière de numérique. A cet effet, et au titre de l’année 2021, notre département ministériel a élaboré un canevas qui a été transmis à tous les ministères, portant sur les objectifs des projets de numérisation prévus pour cette année, leurs dimensions fonctionnelles, les durées de réalisation, ainsi que les ressources nécessaires pour leur mise en œuvre » explique M. Derrar.

  • projets de numérisation ont été inscrits

Soulignant qu’à l’issue d’une première exploitation des informations renseignées, et à titre d’exemple, 222 projets de numérisation ont été inscrits dont, 74% de ces projets portent sur des applications relatives à des activités internes. Ce qui nécessite, à des fins d’intégration et d’échange de données, de mettre en place un cadre d’interopérabilité adapté ; 31 projets, l’équivalent de 15% de l’ensemble des projets inscrits, sont destinés au rapprochement de l’administration du citoyen ; 22 projets d’application et de plateformes numériques sont destinés aux opérateurs économiques.

L’exploitation de ce type de plateformes numériques, dira le même responsable, contribuera certainement à poser les piliers de l’administration électronique et à s’éloigner progressivement des approches administratives classiques et surtout améliorer le service public, notamment par le rapprochement de l’administration du citoyen. Aussi dans le cadre de la simplification des procédures et la lutte contre la bureaucratie, le MNS a lancé une opération portant élaboration d’un état des lieux à travers le recensement des plateformes numériques dédiées aux activités socio-économiques soumises à autorisation. « Nous avons enregistré, à l’issue d’une première phase d’exploitation des canevas transmis à tous les départements ministériels, l’existence de 292 activités soumises à autorisation, dont, 95 plateformes numériques dédiées aux autorisations que ce soit pour les citoyens et les opérateurs économiques sont en exploitation, 24 plateformes numérique leurs réalisations ne sont pas programmés au titre de l’année 2021, et 175 plateformes numériques sont en cours de réalisation tous secteurs confondus. Ce qui est considéré comme une avancée significative dans les efforts consentis pour la lutte contre la bureaucratie » avoue M. Derrar, précisant que, tous ces données constitueront des Inputs lors de l’élaboration du projet de stratégie nationale du numérique. « Dans ce cadre le MNS a entrepris des concertations avec certaines institutions et administrations publiques, des opérateurs économiques et les acteurs activant du numérique. Ces concertations ont permis de recenser un nombre important de propositions et recommandations qui ayant trait notamment sur les aspects règlementaire, financier, technologique et sur la compétence » rappelle entre interlocuteur.

L’après COVID pour accélérer la transformation numérique

L’épidémie de coronavirus a ouvert l’ère de la transition numérique, puisque la numérisation est devenue un élément axial pour assurer la continuité des activités de l’Etat et des services ainsi que la sécurité des citoyens. A titre d’exemple, l’Algérie a enregistré des avancées considérables dans le domaine d’e-commerce. Selon le dernier rapport annuel de la CNUCED sur le E-commerce, l’Algérie a enregistré une avancée notable, en passant de la 109e place à la 80e place au niveau mondial, occupant ainsi la 4e place en Afrique et la 2ème Place au niveau maghrébin. Selon le rapport onusien, l’Algérie figure parmi les 4 pays ayant réalisé la plus grande progression au niveau mondiale, aux côtés du Brésil (10 places), du Ghana (20 places) et de la République du Laos (11 places). « Il impose donc de préserver ces acquis et garder cette même cadence. Cela ne peut se réaliser qu’à travers la définition des priorités qui nous permettent de développer le secteur du numérique afin de faire face aux répercussions de la pandémie de coronavirus en Algérie » plaide M. Derrar, précisant que ces priorités peuvent se résumer sur le renforcement de l’infrastructure de base numérique et le droit d’accès aux technologies du numérique, l’intégration  dés à présent les technologies de pointe en matière du numérique : Intelligence artificielle, Big Data, Internet des Objet ,Blokchaine, le développement des compétences numériques à travers la mise en place de statut motivant pour cette importante ressource, le maintien des acquis dans le domaine du commerce électronique et développement de la Fintech, et enfin œuvrer pour une citoyenneté du numérique.

4,7 milliards de personnes dans le monde utilisent désormais internet

Enfin, Hacene Derrar, précise que, la mise à jour du Rapport Digital 2021, publiée par Hootsuite et We Are Social, révèle que plus de 4,7 milliards de personnes dans le monde utilisent désormais internet, soit 332 millions d’utilisateurs en plus par rapport 2020 (+7,6 %). Par ailleurs,  plus de 92% des internautes dans le monde accèdent à internet via leur mobile et passent en moyenne 6h56 sur internet. Ainsi, le nombre d’utilisateurs des réseaux sociaux a augmenté de plus de 1,4 million par jour au cours des 12 derniers mois, soit 16,5 nouveaux utilisateurs par seconde. Côté plateforme, WhatsApp est la plateforme sociale préférée dans le monde et Facebook arrive en deuxième position avec près de 22 % tandis qu’Instagram occupe la troisième place avec 18,4%.

Yahia Maouchi