Hydrocarbures: développer la pétrochimie pour transformer la moitié des ressources

Hydrocarbures: développer la pétrochimie pour transformer la moitié des ressources

Le Gouvernement, veut, dans son plan d’action, assurer la sécurité énergétique du pays par la satisfaction de la demande nationale à long terme, en passant par le développement de la pétrochimie afin de transformer plus de la moitié des ressources naturelles du pays.

Il s’agit de «transformer davantage la matière première, en se basant sur les branches pétrochimie et mines, créatrices de richesse et d’emploi.

L’objectif étant de transformer plus de 50% de nos ressources naturelles contre 30% actuellement et augmenter les exportations des biens et services hors hydrocarbures (Pétrochimie, Phosphates, lubrifiants et services techniques)», est-il en effet, mentionné  dans le plan d’action qui sera soumis prochainement au Parlement.

Il s’agira également d’intensifier le développement de l’amont pétrolier, pour le renouvellement des réserves d’hydrocarbures du pays et l’augmentation de la production primaire des hydrocarbures à travers l’investissement et le partenariat international.

En matière de satisfaction de la demande nationale en produits énergétiques, il s’agira en priorité du programme d’optimisation de l’outil de raffinage existant et la promotion d’autres carburants notamment le GPL/c et le GNC, dont l’objectif est la maximisation de la production et l’arrêt total des importations.

Pour l’activité minière, il est question de la mise en place d’un programme pluriannuel d’études et de recherche minière, visant la valorisation industrielle des ressources minières via le développement des projets structurants de fer de Gara Djebilet, de phosphate intégré et de Zinc d’Oued Amizour.

La réalisation de ces projets stratégiques permettra de satisfaire les besoins nationaux en matières premières, de réduire la facture d’importation, de diversifier l’économie nationale et de créer de l’emploi et de la richesse, notamment dans les zones éloignées.

Il est, en outre, prévu le renforcement des moyens de production d’électricité, le développement du réseau de transport et de distribution de l’électricité et du gaz, ainsi que la poursuite de l’électrification et du raccordement au gaz, avec une attention particulière aux zones enclavées et déshéritées, et aux activités créatrices de richesses et d’emplois, à l’instar de l’agriculture et de l’industrie.

En matière d’intégration nationale, l’objectif est de procéder à la fabrication d’équipements et pièces de rechange nécessaires à l’industrie pétrolière et minière ainsi que l’énergie, à travers la sous-traitance nationale (Micro-entreprise, PME&PMI et Start-up) et la réalisation de projets industriels en partenariat.

Le plan d’action prévoit, dans le même cadre, la digitalisation et l’utilisation des nouvelles technologies, ainsi que le renforcement de la recherche au niveau des entreprises du secteur, occupent une place de choix pour une mise à niveau avec les standards internationaux.

R.N