L’Algérie mise sur les start-up pour développer son industrie pharmaceutique

L’Algérie mise sur les start-up pour développer son industrie pharmaceutique

Hier mercredi, le ministre de l’Industrie pharmaceutique, Abderrahmane Djamel Lotfi Benbahmed et le ministre délégué auprès du Premier ministre chargé de l’Économie de la connaissance et des Start-up, Yacine El-Mahdi Oualid, ont présidé une réunion de concertation et de dialogue.

Elle était consacrée à l’étude des « voies et moyens » qui permettent « d’encourager et renforcer l’apport et la place des start-up dans le développement d’une industrie pharmaceutique nationale ».

Selon un communiqué du ministère de l’Industrie pharmaceutique, la réunion s’est déroulée en présence des cadres des deux ministères, du directeur général de l’Agence nationale des produits pharmaceutiques, au côté de représentants de @2T2, l’association algérienne de transfert technologique et de porteurs de projets.

Les premiers résultats sont concluants. « Une commission de travail mixte élargie au membre de l’association et a été installée pour accompagner les porteurs de projets dans les différentes étapes liées au processus de production, de validation et d’homologation des produits pharmaceutiques et des dispositifs médicaux », détaille le communiqué.

Et de conclure, « cette rencontre s’inscrit dans la dynamique de coordination et de la concertation entre les différents départements ministériels, pour promouvoir et renforcer le rôle des start-up et de l’innovation dans le développement économique du pays et particulièrement dans le domaine de l’industrie pharmaceutique ».

Djaouad Amine