Le HCI appelle au don d’organes après le décès: «Sauvez des vies»

Le HCI appelle au don d’organes après le décès: 

«Sauvez des vies»

En cas d’approbation des proches ou d’un testament, il devient licite ou un devoir de prélever les organes sur une personne morte, en vue de sauver d’autres personnes.

La sensibilisation sur l’importance de don d’organes semble avoir porté ses fruits. Hier, c’est le haut conseil islamique (HCI) qui, dans ans une déclaration publique, a appelé les citoyens à faire don de leurs organes après leur décès, en « signant sur un registre national qui donne le droit aux parties compétentes de disposer de leurs organes, au besoin ». Le HCI, qui organisera prochainement un colloque pour expliquer le thème du don d’organe, a indiqué que les citoyens « sont appelés à faire don de leurs organes après leur décès, en signant sur un registre national qui donne le droit aux parties compétentes de disposer de leurs organes, au besoin », relevant qu’en cas d’ approbation de leurs proches, il devient licite ou un devoir en cas de testament, de prélever les organes sur une personne morte, en vue de sauver d’autres personnes. Rappelant que « le don d’organe peut sauver la vie des gens dans des moments critiques », le HCI a déploré le fait que ces opérations «connaissent un grand manque dans les hôpitaux algériens, et ce, en dépit des efforts déployés par les parties compétentes, en vue d’augmenter le nombre des opérations annuellement et se rapprocher des moyennes mondiales, à travers la promulgation des législations régissant l’opération et la mise à disposition des moyens et équipements médicaux indispensables ». Le HCI estime que l’opération de don d’organes « se veut un geste humanitaire grandiose qui pourrait contribuer à sauver la vie de beaucoup de personnes qui souffrent de maladies incurables. Ainsi et sur la base des principes et valeurs humains, le HCI réitère son invitation aux citoyens, à adhérer au don d’organe après le décès.

Ya lieu de rappeler que le ministère de la santé, a lancé, l’année dernière, le Registre des refus de don d’organes afin de faciliter l’opération d’identification des donneurs en état de mort cérébrale. Selon la loi relative à la santé, promulguée en 2018, le prélèvement d’organes ou de tissus humains à partir de personnes décédées aux fins de transplantation, ne peut se faire qu’après constatation médicale et légale du décès. Le prélèvement pourra être effectué alors dans le cas ou la personne n’a pas fait connaître, de son vivant, son refus au prélèvement. Ce refus peut être exprimé par tout moyen, notamment par l’inscription sur le Registre des refus, tenu par l’Agence nationale des greffes.

H.Y.

Related Articles

Stay Connected

22,765FansJ'aime
3,362SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner
- Advertisement -spot_img

Latest Articles