Affaire Melzi : peines lourdes requises contre Ouyahia et Sellal

Affaire Melzi : peines lourdes requises contre Ouyahia et Sellal

Accusés d’avoir accordé d’indus privilèges quand ils étaient en fonction, au même titre que l’ancien directeur général de l’établissement public « Sahel », Hamid Melzi, qui est sous mandat de dépôt depuis juin 2019, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal risquent gros.

Noyés dans la mare sans fond des procès, les deux anciens premiers ministres n’en ont pas fini avec les comparutions, les réquisitions et les condamnations à de lourdes peines. Ce mercredi, le procureur de la République près le pôle pénal économique et financier du tribunal de Sidi M’Hamed d’Alger a suivi cette voie.

Ainsi, il a requis une peine de dix ans de prison ferme assortie d’une amende d’un million de dinars contre Ahmed Ouyahia et une autre de huit ans de prison ferme assortie d’une amende identique contre Abdelmalek Sellal.

Pour ce qui est de Hamid Melzi, l’ancien empereur de la résidence d’Etat Club des Pins risque une peine de sept ans de prison ferme ainsi qu’une amende d’un million de dinars.

Comme Ouyahia, Sellal et d’autres anciens hauts responsables présumés impliqués dans cette affaire, il est accusé d’abus de fonction volontaire à l’effet d’accorder d’indus privilèges en violation des lois et réglementations, outre la conclusion de contrats en violation des dispositions législatives et réglementaires en vigueur pour attribution d’avantages injustifiés à autrui.

Skander Boutaiba