Droit du peuple sahraoui : Le chef d’état-major rappelle les engagements de l’Algérie

Droit du peuple sahraoui : Le chef d’état-major rappelle les engagements de l’Algérie

Le chef d’état-major de l’ANP a mis en garde le Maroc contre «toute escalade militaire» et les «ingérences étrangères» au Sahara Occidental occupé.

S’exprimant à partir de Moscou, en Russie, le général de corps d’armée Saïd Chanegriha a fustigé le comportement du régime de Rabat et les «atermoiements de certains Etats membres du Conseil de sécurité des Nations unies relatifs à la désignation d’un représentant spécial du secrétaire général de l’ONU, lesquels atermoiements ont provoqué une reprise des hostilités entre la République sahraouie et le Maroc, à cause de la violation de l’accord de cessez-le-feu, le 13 novembre 2020, par les forces armées marocaines».

«Le Sahara Occidental est le dernier territoire colonisé en Afrique et dont le peuple aspire à son autodétermination en toute liberté», a ajouté Chanegriha, qui a précisé que «les comportements de la puissance occupante visant à annexer les territoires sahraouis, tout en violant le principe du respect des droits humains, ont été dénoncés à maintes reprises.»

«Des comportements, a-t-il poursuivi, qui contredisent la Charte des Nations unies et les statuts de l’Union africaine dont la République sahraouie est membre fondateur.» Le patron de l’ANP faisait clairement allusion à la France et aux Etats-Unis.

«Cette situation a pour conséquence d’attiser les tensions dans toute la région, suscitant ainsi une grande inquiétude quant à la paix et à la sécurité et dictant à la communauté internationale d’assumer ses responsabilités à travers le respect des lois internationales relatives au règlement de cette crise», a souligné le chef d’état-major de l’ANP.

 

R.N.