Info La Patrie/ Groupe de Soutien de Genève pour la Protection et la Promotion des Droits Humains au Sahara Occidental : Une conférence de presse prévue mercredi

Info La Patrie/ Groupe de Soutien de Genève pour la Protection et la Promotion des Droits Humains au Sahara Occidental : Une conférence de presse prévue mercredi

Une conférence de presse virtuelle du groupe de soutien de Genève pour la protection et la promotion des droits humains au Sahara Occidental est prévue ce mercredi 22 septembre par, a-t-on appris de sources proches des organisateurs de cet évènement.

La rencontre avec la presse est prévue à 15 heures, avec un lien pouvant être suivi par les journalistes désirant suivre e direct cet évènement, mais aussi et surtout poser des questions.  Voici le lien en question : https://us02web.zoom.us/j/84609509026?pwd=cnFTYVorenpNUUNVRFIzcGVEd1lqQT09

Cette conférence, qui sera principalement animée par Gianfranco Fattorini, Co-coordinateur  du Groupe, verra également la participation de plusieurs citoyens sahraouis, qui seront invités à livrer des témoignages vivants et recoupés, afin de livrer à la face du monde les horribles et innombrables exactions commises par l’occupant marocain au Sahara Occidental, le tout dans une totale et impardonnable impunité.

D’ailleurs, il est question de mettre à profit cet évènement pour lancer « une campagne mondiale pour la protection des Sahraouis ciblés dans le Sahara occidental occupé par le Royaume du Maroc «.

Le document qui en fait état précise en effet, qu’ « Aucun Sahrawi sera oublié «. Et de demander « instamment à la communauté internationale de protéger les défenseurs des droits de l’homme, les journalistes et les prisonniers politiques sahraouis en danger au Sahara Occidental, qui subissent les attaques brutales du Maroc après la reprise de la guerre entre le Maroc et le Front Polisario».

Le  même document ajoute que « lors d’une conférence de presse réunissant des défenseurs internationaux et des victimes sahraouies, le Groupe de soutien de Genève pour la protection et la promotion des droits de l’homme au Sahara Occidental lance un appel urgent à la communauté internationale pour protéger les défenseurs des droits de l’homme, les journalistes et les prisonniers politiques sahraouis dont la vie est en danger en raison de la brutale campagne de répression lancée par le Maroc après la reprise du conflit armé au Sahara Occidental en novembre dernier ».

Alors que les Sahraouis «ont été longtemps négligés par les acteurs internationaux, y compris les membres du Conseil de sécurité de l’ONU et du Conseil des droits de l’homme, dont les obligations incluent la protection des peuples sous occupation», la campagne exhorte ces derniers et d’autres décideurs à agir immédiatement et efficacement pour mettre fin aux abus.

Alors que le Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire et le Rapporteur spécial sur les défenseurs des droits de l’homme, ainsi que des organisations internationales, ont récemment fait état de nombreux cas d’abus, l’interdiction quasi-totale par le Maroc des observateurs internationaux des droits humains et des médias, ainsi que l’absence de mandat relatif aux droits humains de la mission de maintien de la paix des Nations unies au Sahara occidental (MINURSO), ont enhardi les autorités marocaines à perpétrer des violations systématiques et flagrantes des droits humains sans crainte apparente des conséquences. Le Sahara occidental est, selon les termes de Reporters sans frontières, un «trou noir de l’information».

Avec la fin, le 13 novembre 2020, du cessez-le-feu de 29 ans entre le Front Polisario et l’armée marocaine et la reconnaissance illégale subséquente par Donald Trump de la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental, la campagne brutale de répression et de terreur du Maroc contre les Sahraouis a inclus le harcèlement, la surveillance constante, les menaces, les arrestations arbitraires, le harcèlement judiciaire, les mauvais traitements, la torture, les agressions sexuelles, la honte et d’autres formes de violence sexiste, ainsi que le refus de visites et de traitements médicaux et l’exposition délibérée au Covid-19.

Le Groupe de Genève, composé de 300 organisations membres du monde entier, appelle à une action urgente de la communauté internationale pour aider à mettre fin à la crise humanitaire et des droits de l’homme au Sahara Occidental occupé par le Maroc en envoyant un message clair au Maroc qu’il ne peut pas agir en toute impunité.

La campagne prévoit des manifestations dans le monde entier devant des institutions clés, une campagne d’écriture de lettres destinées aux principaux décideurs, des explosions sur les médias sociaux et de nombreuses autres actions.

Les Sahraouis «ont été abandonnés par la communauté internationale » selon les organisateurs de la campagne dont l’objectif est de briser le silence autour du Sahara Occidental.

«Les Sahraouis sous occupation ont besoin de notre aide maintenant. Le Maroc doit savoir qu’il ne peut pas continuer à violer les lois internationales humanitaires et des droits de l’homme en toute impunité. L’incapacité à tenir le Maroc responsable conduira à des abus plus graves ».

Ali Oussi