La maison de Soltana Khaya investie par les forces d’occupation marocaines : Saccages, vols et… panique (VIDÉO)

La maison de Soltana Khaya investie par les forces d’occupation marocaines : Saccages, vols et… panique (VIDÉO)

Une vidéo attestant ces faits gravissimes, et dont nous avons reçu une copie, montre de quelle manière la maison familiale de la militante Soltana Kheya, sise à Boujdour, dans les territoires occupés sahraouis, a été investie de manière violente et barbare par les forces d’occupation marocaine cagoulés dans la nuit de dimanche à lundi.

Si tout y a été méchamment et perfidement saccagé, comme on peut le voir sur ce document filmé accablant pour le autorités coloniales lorsqu’il sera soumis aux instances internationales, toit porte à croire que la soldatesque de Mohamed VI et de Abdellatif Hammouchi, chef des services de sécurité et de renseignements marocains, en  avaient avant tout envers les divers objets électroniques détenus par cette intrépide et opprimée militante.

Caméras et téléphones y ont en effet été systématiquement saisis. Dans un entretien qu’elle nous avait déjà accordé, elle révélait être obligée e changer de  puce téléphonique au moins une fois par semaine pour échapper à la surveillance policière, et pour pouvoir communiquer (plus ou moins librement) avec l’extérieur.

Au reste, toutes nos tentatives pour la joindre ce lundi sont demeurées vaines, en dépit de toute notre insistance. Dans la foulée, nous apprenons que les militants sahraouis qui se trouvaient chez Soltana Kheya au moment des (mé(faits) ont tous été embarqués. Il s’agit, notamment, de Khalid Bouferiou, Salek Bayber et Mohamed-Said Lebihi.

L’oppression dont souffre quasiment au quotidien la courageuse militante Soltana Kheya soulève effroi et condamnation à travers la planète entière. Elle a a été victime, il ya de cela un mois, d’une tentative de liquidation physique par «une substance dangereuse» jetée sur elle par «des baltaguia» de l’Etat d’occupation marocaine.

Depuis sa résidence surveillée dans la ville occupée de Boujdour, Mme Sultana Khaya avait précisé que «des baltaguia cagoulés des forces d’occupation marocaine ont attaqué son domicile, en lui jetant une substance dangereuse, qui pourrait être un mélange de brai et d’acide».

Relatant dans une vidéo les détails de «l’attaque brutale» dont elle a fait l’objet, la militante des droits de l’homme affirme que «l’Etat d’occupation marocaine cherche à l’éliminer physiquement ainsi que sa sœur», rappelant «les tentatives de l’occupant marocain de l’éborgner».

De son côté, l’ONG Human Rights Watch (HRW) a dénoncé vendredi « la surveillance lourde et quasi-constante» imposée par les forces de sécurité marocaines à la militante sahraouie, Sultana Khaya, depuis plus de trois mois.

Le 13 février, alors qu’elle filmait la police d’une fenêtre ouverte, Khaya a été frappée au visage par une pierre que, selon elle, un membre des forces de sécurité avait lancée depuis la rue. Quelques semaines auparavant, elle avait été complètement défigurée par des assaillants à la solde de l’occupant marocain en guise de représailles contre l’entretien puissant et dynamique qu’elle avait accordé à La Patrie News

Mohamed Abdoun