L’Algérie refuse toute ingérence dans ses affaires intérieures

L’Algérie refuse toute ingérence dans ses affaires intérieures

Le président du Conseil de la nation, Salah Goudjil, a présidé, ce lundi 31 mai, une réunion consacrée à l’évaluation des activités de la chambre haute du parlement, selon un communiqué officiel.

C’était également l’occasion pour le président du Sénat et les membres du même bureau de dénoncer les manœuvres de certains représentants d’un parti finissant et défait qui veulent jeter l’opprobre sur l’Algérie. Sans les citer, le communiqué indique qu’il est question des mêmes voix qui vocifèrent à l’approche de chaque élection dans notre pays.

« Ces parties sont nostalgiques du passé colonial. Elles tentent de s’immiscer dans les affaires intérieures du pays sous prétexte de défendre les droits et libertés individuels et collectifs en Algérie », fustige le communiqué.

Et d’ajouter, « Ces parties montrent leurs muscles lorsqu’il s’agit de la Palestine et du Sahara occidental et ferment les yeux sur ce qui se passe dans leurs pays ou dans les pays où ils ont un intérêt ».

Dans ce sillage, le Conseil de la nation précise qu’il refuse toute ingérence « dans les affaires intérieures de l’Algérie de quelque partie que ce soit ».

Enfin, les membres du bureau du Conseil ont échangé leurs points de vue concernant l’évolution de la situation sur la scène nationale. Ils ont salué, par ailleurs, les résultats du Forum économique algéro-libyen.

Skander Boutaiba