Un parti marocain revendique la propriété du « sahara oriental » : Quand Rabat « plagie » l’expansionnisme sioniste

Un parti marocain revendique la propriété du « sahara oriental » : Quand Rabat « plagie » l’expansionnisme sioniste

Le Maroc est un voisin par trop turbulent, imprévisible et provocateur. La vie à ses côtés est hélas loin d’être un « long fleuve tranquille ». Si ses dernières frasques en date ont trait à son alliance contre-nature conclue avec l’entité sioniste, force est de croire que les relations secrètes et  incestueuses entre Rabat et Tel-Aviv, qui remontent à très loin dans le temps, ont dû déteindre avec le temps sur le Makhzen. Un parti marocain vient en effet de revendiquer dans un communiqué la propriété de ce qu’il appelle le « sahara oriental ». Celui-ci, étendu sur plus d’un million de kilomètres carrés, englobe Tindouf, Béchar et Saoura. L’auteur de cette agressive revendication est le parti de l’alliance démocratique. Le hic, c’est qu’il n’est pas le seul à nourrir des visées sur un partie du sol sacré de notre chère Algérie. Souvenons-nous qu’en 1962 déjà, immédiatement après notre indépendance, le Maroc de Hassan II, père de Mohamed VI, avait envahi l’Algérie, profitant du fait que nous sortions d’une longue et épuisante guerre face à l’occupant français. Rabat, tout comme son ami, complice et allié sioniste, ne se plie à la légalité internationale que lorsque cela arrange ses affaires. Le parti Istiqlal, en effet, revendique vertement depuis belle lurette une bonne partie du territoire algérien. Cet expansionnisme et ce colonialisme, semblent en effet inscrits dans les gènes du Makhzen et de l’entité sioniste. Ils occupent respectivement et illégalement le Sahara Occidental pour l’un et la Palestine pour l’autre.

Kamel Zaidi