Après l’Algérie, le Mali s’insurge contre des propos d’Emmanuel Macron

Après l’Algérie, le Mali s’insurge contre des propos d’Emmanuel Macron

Envisage-t-il de fâcher tout le monde ? En seulement quelques jours, le président français, Emmanuel Macron, a provoqué deux crises diplomatiques avec des pays qu’il aime qualifier de « partenaires ».

Mardi, le ministère malien des Affaires étrangères a convoqué l’ambassadeur de France pour faire passer un message. Les autorités françaises sont invitées « à la retenue, en évitant des jugements de valeur ».

Dans son communiqué, la diplomatie malienne dénonce les « propos inamicaux et désobligeants » du président français. Elle exprime une « vive protestation contre ces propos regrettables », appelant la France à « se concentrer sur l’essentiel, notamment la lutte contre le terrorisme (au) Sahel ».

Quelques heures plus tôt, le président français a estimé que l’Etat « avec sa justice, son éducation et sa police » devrait revenir au Mali. Il a expliqué que « des pans entiers de territoire restent livrés à eux-mêmes face aux jihadistes, aux tensions intercommunautaires et aux trafics ».

Jeudi dernier, Emmanuel Macron a qualifié de « honte » les critiques du Premier ministre malien à l’égard de son pays. S’exprimant à la tribune de l’ONU, Choguel Maïga a accusé la France d’abandonner le Mali « en plein vol » après la décision de retrait de la force Barkhane.

Skander Boutaiba