Exclusif / Elle va battre en brèche la propagande du Makhzen : Une mission européenne attendue dans les camps de réfugiés et les territoires libérés sahraouis

Exclusif

Elle va battre en brèche la propagande du Makhzen : Une mission européenne attendue dans les camps de réfugiés et les territoires libérés sahraouis  

Le Maroc va payer immédiatement et au comptant sa toute dernière offensive dans laquelle son représentant à Genève avait osé prétendre que l’Algérie et le front Polisario, unique et légitime représentant légitime du peuple sahraoui, retiendraient de force les réfugiés des camps de Tindouf. La diplomatie makhzenienne sous la houlette de Nacer Bourita, a en effet multiplié les bévues et les contre-performances pour preuve, privée de son logiciel d’espionnage fétiche fourni par le lobby sioniste, elle a été incapable de prévoir le « coup d’avance » qu’avaient programmé les partisans européens de la cause sahraouie. Une importante visite de sept jours d’une délégation européenne est en effet prévue dans les camps de réfugiés et les territoires libérés sahraouis. Cela va être une belle occasion de réduire à néant les grossiers et inacceptables mensonges de l’occupant marocain. Les réfugiés sahraouis ne sont pas retenus en « otage » dans les camps de Tindouf comme a osé le prétendre Rabat. Ils vont pouvoir le dire librement et directement à leurs hôtes eux-mêmes. En revanche, il est interdit et impossible pour ces visiteurs de se rendre dans les territoires occupés où les sahraouis sont brimés, torturés, emprisonnés, pillés torturés et même assassinés. C’est, du reste, la raison pour laquelle le Maroc s’est toujours farouchement opposé à ce que la question des droits de l’Homme soit incluse dans les prérogatives de la MINURSO (mission internationale des Nations-Unies pour la tenue d’un référendum au Sahara Occidental).  Le vol, au départ de Madrid, devrait inclure une centaine de personnes, dont une soixantaine de Français. La délégation sera conduite par Claude Mangin, épouse du détenu d’opinion Naâma Asfari, arbitrairement condamné à 30 années de prison. Cette mission intervient également au moment où l’ONU se penche de nouveau sérieusement sur le dossier sahraoui avec la désignation de Stefan De Mistura en qualité d’envoyé spécial du secrétaire général de l’ONU POUR LE Sahara Occidental. Rabat, pour rappel, avait déjà été sévèrement critiqué par le Parlement européen lorsque Nacer Bourita, pour se venger de l’Espagne, avait laissé partir à la nage près de 10.000 sujets marocains vers l’enclave ibérique de Ceuta. La visite en question, indiquent les document que nous avons obtenus en exclusivité est organisée par l’association des Amis de la République Arabe Sahraouie Démocratique, présidée par Régine Villemont qui avait déjà accordé u entretien à La Patrie News, dans lequel elle avait stigmatisé la persistance du Maroc dans sa politique du fait accompli, copiée sur celle de l’entité sioniste en Palestine, le tout non sans la complicité de la France le document en question parle d’une « mission européenne d’information dans les Campements de réfugiés sahraouis et dans les Territoires Libérés de la RASD du 10 au 17 octobre 2021 ». et d’ajouter pour dire que « L’association des Amis de la RASD, solidaire depuis plus de 45 ans avec le peuple sahraoui, et le Front Polisario en lutte pour gagner son indépendance, souhaite vivement vous solliciter pour participer à une prochaine initiative européenne : une mission d’une semaine  dans les Camps de réfugiés sahraouis à Tindouf en Algérie avec déplacement dans le territoire du Sahara occidental, contrôlé par le Front Polisario,  pour prendre connaissance sur le terrain de la situation militaire, du fait de la reprise de la guerre depuis novembre 2020 ». Cette mission va en effet confondre le Maroc, qui ose soutenir qu’il n’y aurait pas eu reprise du conflit armé depuis que son armée d’occupation a rompu le cessez-le-feu conclu e 1991 en envahissant la zone tampon d’El Guerguerat. Le même document précise que « Ce conflit très ancien, le Sahara espagnol a été occupé par son voisin le Maroc en 1975, concerne très directement la France et l’Europe à la fois pour l’exigence partagée du respect du droit international et pour surveiller la sécurité aux frontières sud de la France et de l’Europe. »  et de conclure que « C’est enfin un peuple très honorable attaché à faire respecter son droit et à mener sa lutte de libération dans le strict respect des règles du fonctionnement de la Communauté internationale. Il a également utilisé ces années de guerre et d’exil pour construire une société démocratique que certains États indépendants peuvent lui envier ». Nous y reviendrons avec forces détails dans les prochains jours…

Mohamed Abdoun