Le magazine allemand « International Politik » en fait le constat : Le régime marocain traverse une crise économique et sociale sans précédent

Le magazine allemand « International Politik » en fait le constat : Le régime marocain traverse une crise économique et sociale sans précédent

Le magazine allemand « International Politik » a confirmé que le régime marocain, qui traverse une crise économique et sociale sans précédent, n’est pas en mesure de continuer à faire chanter l’Europe en raison de sa position sur la question du Sahara occidental. Le règne du roi Mohammed VI a été aux prises avec des problèmes économiques majeurs et c’est l’une des raisons pour lesquelles il a cherché à envenimer le conflit du Sahara occidental pour calmer le mécontentement populaire qui s’est rapidement accru ces dernières. Les récentes tensions accentuées dans ses rapports avec Berlin et Madrid s’inscrivent dans cette même logique basée sur les diversions et la fuite en avant. Le magazine allemand a souligné également que l’incapacité du Maroc à protéger convenablement ses frontières – comme convenu avec l’Union européenne, qui y a alloué des ressources financières importantes – pourrait être une grave erreur car Bruxelles a déjà menacé de suspendre l’aide : 346 millions d’euros au cours des deux dernières années. C’est dire que le chantage marocain vient de se retourner contre lui. On se souvient, en effet, comment Rabat a « lâché » plus de 10.000 migrants clandestins en direction de l’enclave espagnole de Ceuta. Nacer Bourita, le ministre des affaires étrangères du royaume chérifien, a avoué publiquement que cette « invasion » était volontaire et préméditée, allant même jusqu’à clamer que Rabat refusait désormais de jouer le rôle de « concierge » du Vieux continent. Le qualificatif idoine serait en fait « garde chiourmes ». Mais, comme un malheur ne vient jamais seul, la décision d’Alger de ne plus passer par le Maroc pour assurer les approvisionnements espagnols en gaz algériens occasionnera à Rabat un sévère manque à gagner. Le royaume chérifien en effet, assure pas moins de 17 % de ses besoins industriels et en éclairage grâce au gaz algérien.  Cette crise socio-économique inédite et très grave risque ainsi de s’aggraver. Des troubles majeurs pouvant renverser le trône de Mohamed VI avec son contenu risquent ainsi de se produire dans un très proche avenir, estiment des observateurs avertis qui suivent de près ce dossier. Il semble ainsi que les complices et alliés sionistes du Makhzen aient encouragé cette politique suicidaire du Makhzen. Ce dernier, vulgaire pantin entre les main du lobby sioniste, a été volontairement vers sa perte. Le régime de Mohamed VI se trouve bel et bien à l’agonie. A trop vouloir jouer avec le feu, Rabat finira non pas par se brûler, mais carrément pas se calciner. Tel est pris qui…

Ali Oussi

Articles récents

Articles similaires