Législatives 2021/ liste indépendante ‘les élites algériennes’ : « Aucune sortie de crise sauf avec la participation de tous les algériens »

Législatives 2021/ liste indépendante ‘les élites algériennes’

« Aucune sortie de crise sauf avec la participation de tous les algériens »

C’est pratiquement le leitmotiv de tous les candidats de la liste indépendante ‘Les élites algériennes’ de Constantine qui estiment qu’il n’y a « aucune sortie de crise sauf avec la participation de tous les algériens » (aux élections législatives, ndlr). « Ceci, en choisissant par les urnes, leurs représentants au sein de l’Assemblée Populaire Nationale », précisent-ils, avant d’assurer qu’ils sauront représenter dignement et réellement leurs mandants, au cas où ils seraient élus.

Ils ont d’ailleurs réaffirmé hier mardi au cours d’un meeting tenu à la salle Ahmed Bey de Constantine que le changement réel souhaité par les algériens est justement subordonné à leur participation massive pour la mise en place d’institutions réellement représentatives de tous les algériens, « à commencer, bien sûr, par l’APN ».

La prochaine assemblée nationale sera le début de profondes mutations et réformes que devra connaitre la société algérienne dans tous les domaines. « Le premier défi sera celui de prouver le bienfondé de leur admissibilité au sein de cette auguste institution en continuant notre travail sur le terrain en portant la voix des citoyens jusqu’aux plus hautes autorités », a tenu à déclarer le candidat Issam Boulakhras.

Il continua son intervention en appelant les citoyens à ne pas écouter les voix dissonantes qui continuent de faire des promesses ‘mensongères’ et de comprendre de manière claire le rôle véritable du parlementaire, tout en faisant la différence entre l’institution législative et l’institution exécutive.

Pour rappel, la liste indépendante ‘Les élites algériennes’ ont promis d’œuvrer pour plus de justice sociale, d’intégration des jeunes dans la vie politique du pays et s’engagent à mettre en œuvre une législation capable de relancer l’économie nationale.

Tahar Mansour