Réunion extraordinaire du Conseil européen : Principales conclusions  sur la Russie, le Royaume-Uni, le Proche-Orient et le Mali

Réunion extraordinaire du Conseil européen : Principales conclusions  sur la Russie, le Royaume-Uni, le Proche-Orient et le Mali

Les dirigeants de l’UE se réunissent à Bruxelles pour débattre des questions urgentes. Lundi 24 mai, ils ont débattu de la Biélorussie, de la Russie, des relations avec le Royaume-Uni et de la situation au Proche-Orient et au Mali. Ainsi, le Conseil européen a tenu un débat stratégique sur la Russie.

Il condamne les activités russes illégales, provocatrices et déstabilisatrices à l’encontre de l’UE, de ses États membres et au-delà. Il réaffirme l’unité et la solidarité de l’UE face à de tels actes ainsi que son soutien aux partenaires d’Europe orientale. Le Conseil européen exprime sa solidarité vis-à-vis de la République tchèque et soutient les mesures qu’elle a prises.

Le Conseil européen réaffirme son attachement aux cinq principes qui régissent la politique de l’UE à l’égard de la Russie. Il invite le haut représentant et la Commission à présenter un rapport avec des options stratégiques sur les relations entre l’UE et la Russie, conformément à ces principes, en vue de sa réunion de juin 2021. L’UE continuera la coordination avec les partenaires partageant les mêmes valeurs.

Par ailleurs,  le Conseil européen se félicite de l’entrée en vigueur de l’accord de commerce et de coopération UE Royaume-Uni le 1er mai 2021. Cet accord, conjointement avec l’accord de retrait et ses protocoles, constitue le cadre de nos relations avec le Royaume-Uni. Il convient que ces deux accords soient mis en œuvre intégralement et de manière effective et que leurs structures de gouvernance soient rendues opérationnelles.

Les deux accords permettent à l’UE d’avoir un partenariat aussi étroit que possible avec le Royaume-Uni, tout en reconnaissant qu’un État non-membre de l’UE ne saurait bénéficier des mêmes avantages qu’un État membre et que les relations doivent reposer à tout moment sur un équilibre entre droits et obligations. Les relations avec le Royaume-Uni devraient demeurer mutuellement avantageuses et ne peuvent en aucun cas porter atteinte à l’intégrité du marché unique, à l’union douanière ou à l’autonomie décisionnelle de l’UE. Le Conseil européen appelle le Royaume-Uni à respecter le principe de non-discrimination entre les États membres.

Le Conseil européen invite la Commission à poursuivre ses efforts pour assurer la mise en œuvre intégrale des accords, notamment dans les domaines des droits des citoyens de l’UE, de la pêche et de l’égalité des conditions de concurrence, en faisant pleinement usage des instruments prévus par les accords, en se coordonnant de façon continue et en dialoguant de manière permanente avec le Conseil et ses instances préparatoires, conformément à la pratique établie. Le Conseil européen restera saisi de la question et l’UE continuera de se montrer unie dans les relations qu’elle entretient avec le Royaume-Uni.

Concernant le Proche-Orient, le Conseil européen s’est félicité du cessez-le-feu, qui devrait mettre un terme à la violence. L’UE continuera de collaborer avec ses partenaires internationaux en vue de relancer un processus politique.

L’UE réaffirme qu’elle est fermement attachée à la solution fondée sur la coexistence de deux États. Enfin, pour la question  Malienne, le Conseil européen s’associe à la déclaration de la CEDEAO et de l’Union africaine; il condamne avec fermeté l’enlèvement du président de transition du Mali et du Premier ministre et appelle à leur libération immédiate. L’Union européenne est prête à envisager des mesures ciblées à l’encontre des dirigeants politiques et militaires faisant obstruction à la transition au Mali.

Yahia Maouchi