Royaume du Maroc : le riche et les pauvres

Royaume du Maroc : le riche et les pauvres

Alors que les médias du makhzen se focalisent sur l’Algérie pour noircir son image et présenter le Maroc comme un pays exemplaire par comparaison, des médias internationaux, libres de toutes entraves et dont l’objectivité est rarement prise en défaut, se sont penchés sur la réalité marocaine, celle du peuple, son niveau de vie, ses libertés et ses besoins. Le site Marianne a profité de la tenue des élections législatives, régionales et communales qui se sont tenues hier au Maroc pour parler du paradoxe de ce royaume, si proche et si loin de l’Europe qui le soutient contre tout entendement car nombre de pays européens y trouvent un certain intérêt à cela. L’auteur de l’article se demande de prime abord si ces élections vont apporter du nouveau dans la vie de tous les jours des marocains, confrontés à une pauvreté extrême qui les pousse vers tous les … extrêmes, notamment le commerce de drogue et la prostitution. En effet, il est rapporté que les marocains, le peuple s’entend, se débat dans des difficultés économiques insurmontables alors que le roi Mohamed 6 est l’un des plus riches rois du monde. Même la presse marocaine, du moins une partie d’entre elle qui ne s’est pas laissée acheter, n’a jamais cessé de dénoncer la réalité amère vécue par habitants ‘des taudis de Casablanca, des enfants prostitués de Marrakech, du Rif abandonné sur le plan économique et de l’analphabétisme chez les femmes’ qui n’a pas d’égal dans les autres pays. Pourtant M6, qui aime être qualifié et appelé (Roi des pauvres) est directement responsable de la pauvreté de ses sujets.

Revenant aux improbables changements après les élections marocaines présentes, l’auteur de l’article se réfère aux ‘livres enquêtes’ du journaliste Omar Brouksy qui parlent d’une situation de ‘quasi-sacralité’ du roi Mohamed 6 et de sa position sociale au sein de la société marocaine, pour dire que : ‘les pouvoirs exécutifs et judiciaires sont à la fois dominés et contrôlés par le roi’. C’est-à-dire que les projets de loi doivent recevoir l’aval du palais royal avant d’être présentés au parlement, ce qui ne laisse à ce dernier aucune marge de manœuvres, obligé de dire oui à des textes de loi qui sont triés par le roi, sans que le parlement ait aucun droit de regard. Et si jamais un texte de loi jugé contraire aux intérêts du palais royal, de la famille régnante ou de leurs sbires, il est jeté aux oubliettes dans ‘tiroirs du secrétariat général du palais royal’ surnommé d’ailleurs ‘le cimetière des textes’.

Ainsi, la question concernant un quelconque changement pour les marocains n’a plus lieu d’être posée puisque, finalement, il n’y aura aucun changement, le roi règne depuis 22 ans sur la vie politique, économique, financière du Maroc et il est responsable de tous les désastres du royaume dont le peuple vit dans une situation de pauvreté endémique. Toujours pour mettre à nu les mensonges du palais et de ses relais, l’auteur de l’article rappelle que M6 a lancé en 2005, à grand fracas médiatique, ce qu’il a appelé ‘une initiative pour le développement humain’ dont les résultats sont là et qui renseignent on ne peut mieux sur la réalité vraie du royaume : l’indice du développement humain au Maroc, selon les critères du Programme des Nations Unies pour le développement, est resté bloqué au 121ème rang mondial sur 189, en 2020, loin derrière l’Algérie et la Tunisie. En outre, et toujours dans le même registre, 40% des femmes marocaines se débattent dans l’analphabétisme alors que les dépenses moyennes par élève du primaire ‘étaient en 2019 de 70% inférieures à la moyenne de la région Afrique du Nord.

Les marocains auront encore beaucoup à souffrir de la pauvreté et que ce soit les islamistes, les démocrates ou la droite qui remportent ces élections, rien ne changera au Maroc, à moins que…

Tahar Mansour