Selon une déclaration forte de l’Université de Santiago : Le Maroc « est une force occupante » au Sahara Occidental

Selon une déclaration forte de l’Université de Santiago : Le Maroc « est une force occupante » au Sahara Occidental

Dans sa quête de légitimité sur les territoires de Sahara occidental, le Maroc, devrait, désormais « conjuguer », avec le soutien infaillible de quelques 84 pays et Gouvernement ayant reconnu la RASD, le Chili entre autres.

Les Marocains, auront d’ailleurs du mal à dégréer un rappel historique publié cette fois-ci, par l’Université de Santiago (la capitale chilienne) sur son site web, incluant la carte du Sahara Occidental séparé bien entendu du Maroc, dont voici le texte intégral tel que posté par cette université fondée en 1842, et considérée comme la principale et la première institution d’éducation supérieure de l’État, de caractère national et public.

Le Sahara Occidental, est un pays de l’Afrique du Nord qualifié comme « Territoire non autonome » par les Nations Unies.

Son extension est de 266.00 kilomètres carrées et sa population est de quelques centaines de milliers de personnes. Le territoire est maintenant divisé par un mur de plus de 2000 kilomètres de longueur, semé de millions de mines anti-personnel et qui s’étend jusqu’en Mauritanie.

La zone à l’ouest du mur c’est le territoire occupé par le Maroc. La puissance occupante profite des richesses du territoire (pêche, phosphates, sable, agriculture sous serre).

Les zones à l’est de la berme forment les territoires libérés par le peuple sahraoui. La population se trouve partagé entre les deux zones, les campements de réfugiés sahraouis à Tindouf (sud-ouest de l’Algérie) et la diaspora dans autres pays, notamment la Mauritanie et l’Espagne.

Le Sahara Occidental est un territoire qui limite avec le Maroc au nord,  l’Algérie à l’est, la Mauritanie au sud et l’est et l’Espagne à l’ouest.

En 1975 il fut envahi par le Maroc et la Mauritanie suivant an accord international illégal signé par ces deux pays avec la puissance administrante du territoire, l’Espagne,  pour nier au peuple sahraoui son droit internationalement reconnu à l’autodétermination et à l’indépendance.

Après le retrait de l’Espagne en 1976, le Maroc et la Mauritanie ont formalisé la partition du territoire. En 1979, la Mauritanie s’est retirée du Sahara Occidental. En 1975, el peuple sahraoui, représenté par le Front Polisario, entreprit une guerre contre l’occupation pour défendre son droit à l’autodétermination et l’indépendance.

En 1991, les Nations Unies ont approuvé un Plan de Règlement, accordé par les deux parties du conflit, le Maroc et le Front Polisario, pour mettre fin à la guerre et organiser un référendum d’autodétermination pour choisir entre l’intégration au Maroc ou l’indépendance. La monarchie marocaine a chicané jusqu’aujourd’hui la célébration dudit référendum.

Depuis le moment de l’invasion, le gouvernement marocain a violé systématiquement les droits de l’homme du peuple sahraoui dans tous les aspectes.

Civil et politiquement, il n’a pas seulement nié le droit à l’autodétermination et à l’indépendance du peuple sahraoui, mais a mené une politique de génocide, enlèvements, tortures et emprisonnement de tous ceux qui ont défendu ce droit.

Économiquement, le gouvernement marocain a accompli une politique de saccage des ressources du territoire et de recherche des complicités extérieures pour attires des colons pour changer la composition démographique du territoire et empêchent son autodétermination et indépendance. Culturellement, le gouvernement marocain s’est employé à détruire l’empreinte de l’histoire antérieure à l’occupation marocaine.