Le Maroc reçoit la première livraison de drones turcs : Le caractère belliqueux du Makhzen se renforce

Le Maroc reçoit la première livraison de drones turcs : Le caractère belliqueux du Makhzen se renforce

S’il pouvait subsister le moindre doute sur caractère belliqueux et « va-t-en-guerre » du Makhzen celui-ci est définitivement levé avec l’annonce de la livraison au FAR (forces armées royales), de la première fournée de drones offensifs turcs de type B2b Bayraktar. Selon le Forum Far Maroc qui a rapporté l’information, des dessertes  aériennes ont acheminé cette cargaison. Le contrat, rappelons-le, comporte l’acquisition de 13 engins de ce genre. Plusieurs officiers des FAR ont achevé leur programme de formation en Turquie. Il est à souligner que ces avions autonomes ont fait leur preuve dans le conflit du Karabakh opposant l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Ils étaient déterminants pour faire basculer la guerre en faveur de Bakou. Cela risque dès lors d’envenimer encore plus la situation sur la ligne de front depuis que le conflit armé a repris entre le front Polisario et l’armée d’occupation marocaine. Preuve en est, qu’en parallèle de ce contrat d’achat, il est également question du recours à l’aide de l’armée sioniste pour permettre au Maroc de fabriquer des drones kamikazes. Dernière « info » en date, et non des moindres : Tel Aviv serait en train de seconder Rabat dans le domaine du montage de drones kamikazes. Cette révélations fait craindre le pire, sachant que le conflit armé vient d’éclater de nouveau entre l’armée d’occupation marocaine et l’APLS (armée populaire de libération du Sahara Occidental). La rupture du cessez-le-feu avait été provoquée de façon unilatérale par les FAR (forces armées royales), lorsque ces dernières ont investi la zone tampon d’El Guergurat en date du 16 novembre passé. Bref,  l’assistance technique et matérielle fournie au Maroc par l’entité sioniste fait craindre le pire à partir du moment où le Makhzen n s’encombre d’aucun scrupule, ni ne recule devant aucun crime dès lors qu’il s’agit de défendre ses intérêts étroits et mercantiles. Le plus grave, c’est que la même source précise qu’il est relativement aisé de monter ce genre d’engins meurtriers et destructeurs. Cela même s’ils devraient être interdits et classés dans la case des armes prohibées, à l’image des ADM (armes de destruction massive.

Kamel Zaidi